Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SERVIR WITTENHEIM SERVIR LA LIBERTE !!

US Wittenheim : football

La décision de l'entraîneur de l'USW est sans doute la meilleure , remettre en cause son appartenance au club  parce que la municipalité à sans doute péché par erreur de jugement aurait été dramatique pour l'avenir du club .

Je suis ok avec l'entraîneur , sur ce qu'il affirme concernant le fonctionnement financier du club, j'ai moi-même était président de club , et avec les athlètes des stages d'entraînement étaient programmés souvent à l'étranger , même en Nouvelle Zélande ce qui n'est pas la porte à coté , et je n'avais pas la municipalité pour me demander de rendre des comptes . Oui un club peut si il le désire se servir de la subvention pour un financement quelconque sans à avoir à en référer.

La préparation physique est partie intégrante d'un bon fonctionnement d'un club important , ce qui est bien le cas avec l'USW .

La municipalité à sans doute trop écouté la rumeur ? , la municipalité ne comprend sans doute pas grand chose au haut niveau ? .

Un club reçoit une une subvention en fonction de critères  , l'utilisation de la subvention est de toute façon contrôlée la saison suivante lors de la remise à la ville du bilan financier de la saison écoulée , je vois donc pas la raison de contrôler le club à chaque mouvement de celui-ci  saut à s'appeler municipalisation du club .

Il faut laisser libre les clubs , ils n'ont pas besoin des élus pour faire la police .

Cependant je pense qu'il aurait été préférable de trouver une entente avec la ville avant  d'en arriver là , ce qui est dommageable pour le club et la ville. J'ai toujours mis en garde la majorité contre cette municipalisation qui est devenue une vraie réalité avec ce souci qui je l'espère est derrière nous , aux joueurs de relever le défi et de porter haut les couleurs de la ville.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :