Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SERVIR WITTENHEIM SERVIR LA LIBERTE !!

Editorial d'Alain Juppé

Qu’un électeur sur deux, et même un peu plus, ne soit pas allé voter, c’est un échec collectif pour la politique et les politiques.

Pour les régions d’abord: visiblement elles ne sont pas connues et n’intéressent pas; leurs présidents ne se sont pas affirmés, aux yeux de l’opinion, comme des leaders.

Echec aussi pour toutes les têtes de listes et leurs équipes, qui n’ont pas pu ou pas su créer le débat.

Echec pour nous tous, responsables politiques, et pour nos partis qui ne répondons pas bien aux attentes de nos concitoyens.

A ce stade, le diagnostic est simple: poussée des gauches qui, malgré leurs divisions de fond d’avant le premier tour, vont se réunir pour le second; remontée du Front National, servi par les polémiques ambiguës soulevées à l’occasion de l’inopportun débat sur l’identité nationale; marginalisation du MODEM qui paie son anti sarkozysme réducteur; affaiblissement de l’UMP qui va devoir méditer la désaffection dont elle est l’objet.

Une réflexion s’impose désormais sur le rythme des réformes, la méthode selon laquelle elles sont lancées et préparées, la concertation qui les accompagne, la façon dont elles peuvent être mieux comprises et acceptées par une opinion que la crise déboussole. C’est apparemment l’intention du Président de la République. Nous aurons besoin de rassembler toutes les bonnes volontés pour mener ce travail.

L’une des clefs, c’est le déficit de justice que ressentent beaucoup de Français. Certes, les contraintes d’une crise sans précédent ne peuvent être ignorées. Mais le sentiment s’est installé que, au coeur de la tourmente, quelques gagnants gagnent trop, et que les perdants souffrent trop. Il faut regarder cette réalité en face et bâtir une stratégie cohérente pour corriger ce qui doit l’être. Dans cette perspective, un ré examen de notre système fiscal est sans doute incontournable.

Dans l’immédiat, la priorité est à la mobilisation pour le scrutin de dimanche prochain. Les gauches ont tort de crier victoire trop tôt. Dans une élection à deux tours, il y a bien des exemples de retournement de tendances entre le premier et le deuxième. Ne serait-ce que du fait de la prise de conscience des abstentionnistes. C’est mu par cette espérance qu’ici, en Aquitaine, j’appelle au rassemblement autour de Xavier Darcos.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :