Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SERVIR WITTENHEIM SERVIR LA LIBERTE !!

Aubry rejoue l'air des sans-papiers

Paul-Henri du Limbert

«Aucune régularisation massive n'a apporté de solution durable et équitable aux questions d'immigration.» Ce n'est pas Brice Hortefeux qui parle, mais Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l'Intérieur de Lionel Jospin. C'était en 1999. Dix ans plus tard, Martine Aubry nous rejoue un air que l'on croyait oublié : «des papiers pour tous !». On ne se refait pas. La première secrétaire rêve probablement de voir les pétitionnaires reprendre du service et ceux qui font profession d'indignation harceler le gouvernement. Après tout, se dit-elle, une petite crise de nerfs nationale ne ferait pas de mal à quelques mois des élections régionales. La droite se raidirait, Nicolas Sarkozy en rajouterait, le FN se révolterait et le PS compterait les points, comme à la belle époque de François Mitterrand, où tout était si facile. Jadis, la tactique fonctionnait à merveille. Pourquoi s'en priver ?

On conseille cependant à Martine Aubry de prendre la température de ses troupes avant de lancer une «opération sans- papiers». Parce qu'elles n'ont pas l'air très allantes. Hier, on a en vain cherché un responsable socialiste applaudir à grand bruit la proposition de la première secrétaire. On se demande même si ce silence ne cachait pas une forme d'accablement. Car, depuis le 21 avril 2002, les socialistes savent bien que l'immigration n'est plus leur assurance tout risque électoral. Elle est même devenue très exactement le contraire.

Le temps passant, les Français ont compris que le PS les a beaucoup leurrés sur ce sujet. Éric Besson le sait bien, lui qui a longtemps fréquenté ce parti et qui a observé le décalage grandissant entre les discours généreux psalmodiés de manière automatique et la réalité du terrain. Un décalage qui s'est traduit par une affreuse réalité pour le Parti socialiste : il a perdu son électorat populaire.

Si Martine Aubry juge que la régularisation des sans-papiers est un formidable thème de reconquête de l'opinion, libre à elle. En mars dernier, déjà, elle pensait faire salle comble en organisant un meeting sur un sujet supposé très populaire : «le recul des libertés publiques» sous Nicolas Sarkozy. On se souvient qu'à peine mille personnes avaient fait le déplacement. Si l'«opération sans-papiers» ne marche pas, il va falloir trouver autre chose. Mais quoi ? Il lui viendra bien une autre idée.



Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :