Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Patrick Pichenel

SERVIR WITTENHEIM

La course à pieds , école de souffrance ou pas ?

La course à pieds , école de souffrance ou pas ?

Nous sommes bien d'accord que pour progresser en course à pieds et arriver à un bon niveau , il est nécessaire de travailler dur par un bon travail spécifique .

Lors d'une séance de fractionné sur 400 m, couru à 80 ou 80% de sa capacité , très souvent on se dit qu'il sera difficile d'en faire 10 ou 15 .  Comme je le lisais dans ce type de séance , au bout du cinquième 400 , on ne pense plus on souffre et la pause entre chaque tour file de plus en plus vite . Pire au bout du huitième , on se dit on va prendre les tours les uns après les autres , le cerveau est compressé par l'effort et on se dit que si on arrivait à en faire encore un ou deux ce serait super .  A ce moment le miracle arrive , le pilotage automatique inespéré se déclenche et la magie opère et davantage dans les dernières tours , un ruse qui trompe le cerveau , car on sait qu'on ira jusqu'au bout  , la foulée" devient plus ample , on est plus relâché qu'au début . 

Nous avons bien là les sensations de l'entrainement " fractionné "  que j'ai bien connu , j'avais toujours en tête de progresser et c'est vrai que pour amélioré nos qualités spécifiques comme la qualité de notre foulée , c'est le meilleur moyen d'y arriver . 

Naturellement avec de telles séances on forge son moral ,  ceci est bon pour l'athlète qui à un certain niveau ou qui veut en obtenir un , mais pour celui qui veut utiliser la course à pieds comme loisir , qui veut de temps en temps tester ses progrès dans une course sur route , le fractionné est très dur , la seule joie d'une séance aussi difficile c'est d'en avoir terminé avec la séance et , mais au fils des sorties on ne prend plus beaucoup de plaisir , au contraire on trouve ça trop pénible et on finit par lâcher prise . 

C'est pour ça que je conseille à ceux qui aiment courir , de ne pas se fâcher avec leur corps , la course à pieds n'est pas une école de souffrance , si on court pour le plaisir , on peut le peut le faire en toute liberté , courir avec ses sensations  du moment , varier les allures ,  faire des séries de 200m ou 400 m après avoir atteint un bon niveau d'endurance , en jouant sur la vitesse d'entrainement , si on fait des 200 en 32 secondes et qu'on est bien alors ok !, on y va , mais il ne faut pas rentrer dedans , il faut prendre du plaisir à courir . On peut très bien avoir une belle progression , améliorer la rapidité de sa foulée , sans être à l'agonie après chaque séance . 

Je marche souvent , la grande majorité de ceux que je vois courir , vont souvent trop vite , et à quoi ça sert de rentrer à la maison d'avoir pour unique bonne impression d'avoir pu terminer la séance et rester avachi sur le canapé le reste de l'après midi ou être courbaturé au travail . 

Une grande partie de ma carrière d'athlète je l'avoue a parfois été de la souffrance, c'est le lot de tous les athlètes qui s'entraînent dur pour y arriver . 

La seconde partie de ma carrière a été beaucoup plus sage , j'ai découvert la joie de courir , enfin la course à pieds était devenue une passion , j'ai même progressé du 800 m au semi marathon . Je ne courais plus que pour le plaisir , et l'entrainement était devenu vital pour mon corps , je courais à 15 à l'heure en équilibre respiratoire . Je me souviens  avoir couru des 800 m aux alentours de 1'55 , en fractionnant sur 200m en 30 secondes , alors que des copains d'entrainement qui s'arrachaient des series de 200 en mois de 28 secondes se retrouvaient largement derrière moi . 

Oui on peut arriver à un bon niveau en trouvant beaucoup de plaisir pour s'entraîner , sans rentrer dedans . Je vois des athlètes qui terminent à dix minutes des meilleurs dans des courses et qui jouent les entraîneurs , avec des programmes d'entrainement qui en aucun cas ne peuvent faire progresser . Oui on peut être un athlète moyen et devenir un bon entraîneur , mais il faut prendre conscience que chaque coureur est différent et qu'il faut apprendre à courir avec ses sensations du moment , écrire que vendredi il faudra faire 20X 400 en 1'10 ne veut rien dire , on fait comme on peut en maîtrisant bien ses sensations , on va plus vite dans un footing si on est bien , on va moins vite quand on est moins bien .

Et quel bonheur de courir en forêt !!! trop courent sur la route , oubliant que la course à pieds c'est des chocs , et les articulations s'usent , il faut courir la ou le sol est souple même pour préparer des courses sur route . 

Il faut jouer avec la course à pieds , il faut prendre un réel plaisir à courir , quel bonheur de courir en toute liberté , voir filer les kilomètre , être toujours mieux , trouver des solutions aux nombreux problèmes qui se produisent dans nos vies à la maison , au travail .

 

 

 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :