Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Patrick Pichenel

SERVIR WITTENHEIM

Wittenheim : Conseil Municipal

La prudence, mère de futurs projets

Principal point au menu du conseil municipal de Wittenheim, lundi soir : le débat d’orientation budgétaire 2016. Où il est apparu que la maîtrise des dépenses sera encore de mise cette année et que les investissements seront modérés, pour assurer avant tout « la bonne maintenance des équipements publics ».

Aujourd'hui 05:00 par Magali Claudel , actualisé Hier à 20:24 Vu 12 fois

  • La première séance de l’année du conseil municipal de Wittenheim a débuté, lundi soir, par des félicitations et un brin d’autosatisfaction. Félicitations de la première adjointe Marie-France Vallat au maire pour sa réélection au conseil régional, envers et contre la ligne officielle du PS ; Antoine Homé en a profité pour dire tout le mal qu’il pensait du FN. Et re-félicitations pour les Palmes académiques que l’élu socialiste a reçues pour « services rendus au nom de l’Éducation nationale » et notamment pour la réforme des rythmes scolaires. Distinction à laquelle il a associé son adjointe chargée des écoles, Catherine Runzer, et l’administration communale.

Les conseillers municipaux sont ensuite entrés dans le vif des finances locales : le débat d’orientation budgétaire (Dob). Comme à son habitude, le maire a d’abord présenté le contexte économique général, toujours « fragile » , et les mesures relatives aux collectivités locales, puis il a détaillé les perspectives financières de la Ville, malgré tout toujours « bonnes » , avant de donner les axes prioritaires de l’action municipale cette année, qui pourraient se résumer en un mot : modération.

Plus concrètement : « malgré la poursuite de la baisse des dotations de l’État » , la Ville peut s’appuyer sur un autofinancement qui s’est redressé à 1,1 million d’euros (M€) en 2015, « à la suite des mesures de gestion rigoureuse mises en œuvre ». « Il faudra continuer ces efforts » , a déclaré Antoine Homé. Des efforts auxquels sont aussi appelées les associations, mais il n’y aura « pas de rabot homogène cette année » (pour mémoire : l’an passé, les subventions avaient diminué de 10 % pour toutes les associations).

Si la dette a plus que doublé depuis 2013 en raison du financement de projets structurants (parc du Rabbargala, nouveau centre social et familial, rénovation du complexe Pierre-de-Coubertin…), « elle reste sous l’objectif des 10 M€» (9,81 M€ en 2015) et est moindre par rapport aux autres communes de même importance, a fait valoir le maire.

Pour faire baisser cet endettement et reconstituer des capacités financières afin de « lancer, le moment venu, d’autres gros projets comme la salle culturelle » , l’idée pour 2016-2017 est d’avoir « des niveaux d’investissement plus modestes » : les grands chantiers ayant été finalisés en 2015, il s’agira avant tout de prévoir « les dépenses nécessaires à la bonne maintenance des équipements publics » et à la mise aux normes des bâtiments dans le cadre de l’Agenda d’accessibilité programmée (une aide de l’État de 300 000 € par an est prévue dans ce domaine). La deuxième phase des travaux au complexe Coubertin sera aussi lancée, de même que le chantier de réhabilitation de la rue de Ruelisheim. Le tout « en conservant une pression fiscale maîtrisée » , a assuré Antoine Homé dans sa conclusion, sans toutefois en dire plus sur les taux des taxes locales.

S’il devait y avoir une hausse de ces taux (qui seront fixés lors de l’examen du budget), le groupe Witt’démocratie citoyenne a déjà fait savoir qu’il la désapprouverait. S’en prenant à la politique économique du gouvernement et notamment à « la baisse des dotations de l’État contre-productive, injuste et inefficace » , Philippe Duffau a aussi suggéré des mesures d’économies locales, pointant les vœux du maire ou le journal municipal « coûteux » … Concernant les subventions, il a expliqué qu’ « elles ne devaient pas faire l’objet d’un chantage à l’acceptation d’un protocole, comme ce fut le cas pour les deux clubs de football… »

Parmi d’autres points, l’élu d’opposition a également proposé « d’étudier la possibilité de rejoindre la monnaie complémentaire et solidaire appelée “Cigogne” et créée à l’initiative d’un groupe de citoyens du Sud-Alsace ». « Cette monnaie ne servirait qu’à acheter des biens et des services auprès des entreprises locales… » Une proposition dont le maire a pris note.

Pour le compte de l’autre groupe d’opposition, Patrick Pichenel a commencé son intervention par une mise au point, répondant sans doute à des attaques venues des réseaux sociaux : « Je m’exprime bien en qualité d’élu Les Républicains et je représente bien la droite de Wittenheim. J’ai depuis longtemps une légitimité qui vient des urnes. Ce n’est pas un groupuscule issu d’un vote interne dans un parti politique avec quelques voix qui peut dire que j’ai été évincé… » Et de justifier son rapprochement avec le maire : « Grâce à sa bonne gestion, Wittenheim peut continuer d’avancer sereinement. »

Ce qui n’a pas empêché Patrick Pichenel de s’enquérir une nouvelle fois du devenir du moulin et du projet de chaufferie au bois, de proposer « de remettre au goût du jour la bourse d’excellence aux associations méritantes » , de faire des suggestions pour des économies d’énergie et la création d’un conseil communal pour les droits et les devoirs des familles… Autant de points auxquels Antoine Homé a répondu.

Au final, le conseil municipal devant désormais procédé à un vote sur le Dob, celui-ci a été adopté à six abstentions près, celles du groupe de Philippe Duffau.

Le bailleur social Habitats de Haute-Alsace a l’intention de vendre 90 maisons individuelles, qu’il a précédemment achetées aux Mines de potasse d’Alsace. Ces logements, situés dans les quartiers Jeune-Bois (34) et Sainte-Barbe (56), seront prioritairement proposés à leurs occupants actuels, a assuré l’adjoint Arnaud Koehl, à la suite d’une question de Raphaël Cirillo. Ces ventes, qui s’étaleront sur plusieurs années (pas plus de cinq logements vendus par an), devraient être sans incidence sur le taux de logements sociaux de la Ville de Wittenheim (21,99 % au 1er janvier 2014), celle-ci s’étant en effet engagée à produire en moyenne 27 logements sociaux par an (de 2012 à 2017). Les conseillers municipaux ont émis un avis favorable à ce projet de cession de 90 logements.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :