Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Patrick Pichenel

SERVIR WITTENHEIM

Immigration , ségrégation, Islamisation

~~Manuel Valls nous annonce, ce matin, une mobilisation générale contre le terrorisme, des centaines de millions supplémentaires, des milliers de nouveaux fonctionnaires. Tout cela pour tenter de faire face au danger djihadiste qui s’aggrave chaque jour et dont nos dirigeants n’ont pris conscience qu’au soir de la tuerie de Charlie Hebdo. Le Premier ministre évalue à 3.000 le nombre d’individus « à surveiller ». Hollande, Valls et leurs amis n’ont donc toujours rien compris de la gravité du problème qui dépasse de beaucoup ces 3.000 fanatiques. En s’attaquant à ce djihadisme, ils oublient les causes profondes de tous ces dangers. Il serait grand temps que le gouvernement s’aperçoive qu’il y a, depuis des années, sur le territoire français, des centaines de « zones de non-droit », habitées par des immigrés le plus souvent musulmans, dans lesquelles ce n’est plus l’Etat qui fait la loi mais de petits chefs auto-proclamés, à la fois trafiquants de drogue et pseudos prédicateurs d’un Islam radical. La délinquance finance ce fondamentaliste et ce fondamentalisme sert de couverture à cette délinquance. Ce sont ces zones qui sont le vrai terreau du djihadisme. On a donc affaire non pas à 3.000 djihadistes à surveiller mais à des dizaines de milliers de djihadistes… en puissance. Valls a évidemment raison de se lancer à la poursuite de ces voyous qui, armés d’un Coran et d’une kalachnikov, sont partis en guerre contre nous avec l’espoir de nous imposer leur loi en s’appuyant, à terme, sur cette « armée de réserve » que constitue notre communauté musulmane. Mais c’est de cette « armée de réserve » qu’il faut aussi s’occuper immédiatement. Le Premier ministre a parlé d’« apartheid ». On voit qu’il n’a jamais connu l’Afrique du sud d’antan. En France, les Arabes et les Noirs ont toujours eu le droit de s’asseoir sur tous les bancs publics, de monter dans n’importe quel autobus, leurs enfants sont toujours allés dans les mêmes écoles que les autres enfants et ils ont toujours pu bénéficier sans limites de tous les avantages de notre société d’assistanat généralisé. Mais il est vrai que les immigrés maghrébins et africains habitent, depuis des décennies, dans des quartiers (pourris) à part, dans des ghettos, qu’ils n’ont aucune formation et sont donc infiniment plus frappés par le chômage que le reste de la population ce qui explique, en grande partie, qu’ils soient beaucoup plus « représentés » dans nos prisons que les « blancs ». Le mot « ségrégation » (de fait) conviendrait donc mieux que celui d’« apartheid » (d’Etat). Mais il est inutile de jouer sur les mots. Nos immigrés sont, par définition, des « pauvres » et les pauvres ont toujours été relégués dans des quartiers « pourris ». Le vrai problème est ailleurs. Le jour où, par idéologie, nous avons remplacé l’« assimilation » qui faisait, en deux ou trois générations, de tous nos étrangers des « Français à part entière » par l’« intégration » qui, voulant respecter les différences, enfermait ces immigrés dans leurs communautés en en faisant des « Français à part », nous avons, en effet, mené une politique de ségrégation. C’est à cette ségrégation-là qu’il faut s’attaquer puisque c’est elle qui fournira des bataillons de djihadistes. En clair, il faut évidemment que l’Etat rentre de nouveau, en force, dans ces quartiers tout en essayant d’améliorer la vie quotidienne de ces déracinés par l’Ecole et l’emploi. Mais il faut, aussi et surtout, être intraitable avec ce communautarisme qui permet à ces chômeurs-délinquants de se regrouper dans des mosquées plus ou moins clandestines pour ressasser leur haine contre nous et la société qui les nourrit copieusement et qui leur permet de préparer la grande revanche de l’Islam contre l’Occident judéo-chrétien. En imposant « le respect des différences », nos intellectuels de gauche ont créé cette ségrégation dont nous payons aujourd’hui les résultats. Le vrai problème auquel nous avons à faire face de toute urgence est donc moins celui de ces 3.000 individus que la police doit surveiller de près que celui de ces millions de Musulmans abandonnés à leur triste sort, c’est-à-dire entre les mains des imans qui prônent le djihad. Mais pour cela il faudrait que ce gouvernement ait le courage de proclamer que l’Islam est incompatible avec la République et qu’il ne sera toléré chez nous qu’en faisant profil bas, comme les autres religions et comme l’impose la laïcité. Hollande, Valls, Cazeneuve nous parlent sans cesse de la laïcité, mais ils n’osent jamais évoquer l’Islam et à peine le djihad. Nous faisons la guerre contre une toute petite avant-garde en oubliant les armées qui pourraient la suivre demain .

Thierry Desjardins

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :